Découvrez cette aide qui protège votre maison en cas d’inondation

Les propriétaires dont les logements sont situés dans des zones à risques vont pouvoir bénéficier d’une aide aux travaux jusqu’à 80% selon un décret paru ce mois-ci.

Prévenir plutôt que guérir. Après les inondations ayant frappé l’Aude en octobre 2018, l’exécutif avait souhaité augmenter le taux de financement des travaux permettant pour de prévenir ce risque. C’est désormais chose faite. Les propriétaires de logements situés dans des zones couvertes par un Plan de prévention des risques inondations (PPRI) pourront bénéficier d’une subvention allant jusqu’à 80% de leurs travaux (contre 40% auparavant) dans le cadre fonds de prévention des risques naturels majeurs (FPRNM), dit «fonds Barnier.» Les PPRI dressent une cartographie des zones à risques et préconisent des mesures visant à réduire les risques en cas d’inondation. Selon la fédération Française d’assurances (FFA), 10 à 15.000 communes seraient concernées. 

Déclencher des travaux

Les dépenses éligibles peuvent consister dans la surélévation d’éléments techniques sensibles à l’eau (postes électriques, chaudières…), la mise en place de dispositifs de mise hors service automatique, le raccordement des canalisations d’eaux usées et pluviales au réseau collectif existant…. «Cette mesure va dans le bon sens car elle permet de déclencher les travaux. Il est beaucoup plus simple pour un propriétaire de se projeter sur de telles dépenses quand il sait que près de 80% des travaux seront pris en charge», confirme Stéphane Pennet, directeur des assurances de biens et de responsabilité à la FFA. Le financement par le fond Barnier reste limité à 10% de la valeur immobilière du bien. Pour bénéficier de ces subventions, le dépôt d’un dossier en préfecture est nécessaire.

Le décret publié récemment vient compléter les dispositifs de prévention des risques d’inondations déjà existants pour les communes possédant un PPRI prescrivant de tels travaux. Les taux de subvention des travaux volontairement engagés et prévus par les programmes d’action de prévention des inondations (Papi) ont ainsi été augmentés en 2019 a rappelé le ministère de la transition écologique et solidaire dans un communiqué. «Cette hausse du taux de financement permettra de soutenir la réalisation des travaux de réduction de la vulnérabilité prescrits par les PPRI en réduisant le reste à charge pour les particuliers. C’est un progrès concret pour améliorer la sécurité des personnes et limiter les dommages aux biens», a déclaré la ministre de la transition écologique et solidaire Elisabeth Borne, citée dans un communiqué.

Des réflexions en cours pour réformer le régime d’indemnisation 

Fin novembre et début décembre, deux épisodes méditerranéens de fortes pluies, d’inondations et de vent ont à nouveau frappé la Côte d’Azur, causant la mort de treize personnes. Les inondations survenues entre les 22 et 24 novembre dans les Alpes-Maritimes et le Var devraient par ailleurs coûter près de 285 millions d’euros, selon la Fédération française de l’assurance (FFA). Des réflexions sont en cours pour réformer le régime d’indemnisation des catastrophes naturelles face à l’augmentation continue des événements climatiques.

Cet article est proposé par immobilier.lefigaro.com

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*